Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 10:46

http://www.liberation.fr/france/2017/02/14/mort-d-adama-traore-si-on-se-tait-c-est-toute-notre-societe-qui-se-salit_1548531

Mort d'Adama Traoré : «Si on se tait, c’est toute notre société qui se salit»


 

 

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 10:38

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 10:34

http://www.leparisien.fr/faits-divers/aulnay-sous-bois-le-terrible-temoignage-de-theo-07-02-2017-6661128.php#xtor=EREC-109-[NLalaune]---${_id_connect_hash}@1

 

Théo, toujours hospitalisé, a été violenté lors de son interpellation jeudi, à Aulnay-sous-Bois. Sur des images des faits tirées d’une vidéo amateur, on distingue les quatre policiers penchés sur lui alors qu’il est à terre, puis l’emmener, boitant.

LP ET DR

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 10:28

Aulnay-sous-Bois : quatre policiers présentés au juge pour «violences volontaires avec arme»

Par Ismaël Halissat (mis à jour le )

Les policiers étaient au départ accusés de viols en réunion, après l'interpellation d'un jeune homme de 22 ans, jeudi, à Aulnay-sous-Bois. Le maire d'Aulnay dénonce «un détournement de vérité».

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 10:14
  " L'interpellation musclée" (il faudra qu'on en finisse avec cette expression journalistique qui légitime l'emploi de la force ) d'Aulnay sous bois , qui a abouti à la mise en examen d'un policier pour viol, est à rapprocher de ce qui s'est passé en 2015 à Drancy, et qui a été jugé le 17/1/2017, avec un délibéré le 20 février prochain.  Dans les 2 cas, l'usage des matraques télescopiques qui rappelle celui des "bidules" dans les commissariats pendant la guerre d'Algérie, et se rapproche des méthodes de la torture sexuelle, choisie par le gouvernement américain après le 11 septembre.
 
En tous  cas, dans les 2 affaires on peut relever des similitudes:
- Similitudes entre les blessures à l'anus:
 
 - à Aulnay  ( jeudi 2 février) Selon nos informations, le certificat médical du jeune homme de 22 ans fait état d’une déchirure de 10 centimètres à l’anus, pour laquelle il a été opéré en urgence.
 
- à Drancy ( 29/10/2015 - procès  le 17/01/2017)
Est-ce par l’opération du Saint-Esprit que M. Alexandre T. s’est retrouvé avec une « plaie ouverte profonde de 1,5 centimètre » au niveau de l’anus ? C’est la question que s’est posée son avocate et c’est celle qui a semblé occuper les débats pendant trois heures, lundi 16 janvier, au tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis)
 
- Similitudes entre l'argumentaire des policiers et de leurs avocats
 
- à Aulnay; Selon une source proche de l'enquête, contactée par Libération, «l’enjeu de l’enquête va être de déterminer si il s’agit bien d’un viol. Est-ce que les policiers ont introduit volontairement cette matraque télescopique dans son anus ? Ou est-ce que cela s’est produit en donnant des coups et dans ce cas l’enquête pourrait se poursuivre pour des violences. »
Dans une des vidéosurveillances ainsi que des vidéos prises par des témoins «on voit nettement les violences, et à un moment, un coup de matraque télescopique porté à l’horizontale qui transperce le pantalon du jeune homme», d'après cette même source.
 
-à Drancy  : l'avocat du policier déclare :
Son client aurait usé de sa matraque « à l’horizontale » pour parer les coups de pieds d’Alexandre T.
 
 NB : Les matraques télescopiques interdites pour la police en 2000, autorisées en 2013, même pour les municipaux
 
Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 10:04

Une Marche nationale contre le racisme, les violences policières, la hogra et la chasse aux migrants avec présence de délégations internationales ( US, Espagne, Grèce, Belgique, Angleterre...) aura lieu le 19 mars à Paris.

dimanche 19 mars 2017 à 14h

 

Marche pour la Justice et la Dignité

  • 14h : Manifestation de Nation à République
  • 18h : Concert

Un par mois.

C'est, en moyenne, le nombre de pères, de frères, de fils que nous perdons à cause de la brutalité des forces de l'ordre. Une brutalité qui prend plusieurs formes : des techniques de pliage qui conduisent à l'asphyxie des victimes aux coups de poings, de balles ou de Taser qui, dans les pires des cas, s'avèrent mortels.

Régulièrement depuis plus de 40 ans, les nôtres sont ainsi tués par l'État Français, aux mains de ceux que l'on appelle ironiquement les « gardiens de la paix ». Régulièrement depuis plus de 40 ans, c'est l'impunité la plus abjecte et les campagnes de criminalisation qui répondent aux mobilisations de celles et ceux qui réclament vérité et justice pour leurs morts. L'acharnement policier, judiciaire et politique contre la famille Traoré, à qui nous exprimons toute notre solidarité, en est la preuve. À chaque fois, c'est la même histoire.

La répression qui nous vise, nous familles de victimes, s'est accentuée sous le régime de l'état d'urgence. Tous les abus sont devenus possibles, avec leurs lots de conséquences tragiques. Ce n'est plus la police qui s'adapte à la loi, c'est la loi qui s'adapte à la police… Et nous sommes loin d'être les seuls à avoir été visés par le renforcement des dispositifs sécuritaires et des violences d'État. En 2015, le gouvernement a déclaré une véritable guerre intérieure : il a traqué les migrants et ceux qui les défendent, poursuivi la traditionnelle répression des « Noirs », des « Arabes », des « Rroms » et plus généralement des quartiers populaires, ciblé les « Musulmans » notamment via des perquisitions, des assignations à résidence et des fermetures de mosquées totalement arbitraires…À cela s'ajoute la guerre sociale qu'ont menée Valls et consors, notamment dans le cadre de la mobilisation contre la loi travail. Face aux résistances des quartiers populaires et du mouvement social, on a vu les violences se déchainer en touchant des catégories jusqu'ici protégées.

Les attentats terribles que nous avons connus en 2015 et en 2016 sont venus renforcer l'arsenal sécuritaire alors qu'ils sont la conséquence directe de la politique guerrière que la France et ses alliés mènent à l'étranger. L'État Français, qui pèse toujours de tout son poids sur les peuples qu'il domine comme en Afrique, prolonge cette politique au Proche-Orient tout comme il entérine l'occupation de la Palestine. Sa « lutte contre le terrorisme » ressemble surtout à une agression permanente contre des peuples innocents. C'est, entre autres, ce qui nourrit la crise humanitaire des réfugiés, traités cyniquement comme une menace potentiellement « terroriste ». C'est le serpent qui se mord la queue : le climat de guerre intérieure permet de justifier le contrôle toujours plus brutal de la population et délivre un permis de violence aux forces de l'ordre qui répriment toutes les gueules qui ne lui reviennent pas et tous ceux qui, des familles de victimes aux manifestants contre la loi travail en passant par les militants des quartiers populaires à la ZAD, osent s'organiser contre l'État, réclamer justice et affirmer leur Dignité.

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 10:00

Bagui Traoré condamné à huit mois ferme pour violences

Le frère du jeune homme mort lors de son interpellation en juillet est aussi interdit de séjour pendant deux ans à Beaumont-sur-Oise.

 

 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/12/15/un-des-freres-d-adama-traore-condamne-a-huit-mois-ferme-pour-violences_5049076_1653578.html#tasVjM6IUs2kCGOB.99
Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 09:50

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 09:44

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/11/09/controles-au-facies-la-cour-de-cassation-condamne-l-etat_5028213_1653578.html

Contrôles au faciès : après la condamnation de l’Etat, la police devra changer ses pratiques

Les opposants aux contrôles d’identité abusifs, qui attendaient cette décision, espérent qu’elle fasse jurisprudence.

C’est une décision de principe inédite que la Cour de cassation a rendue, mercredi 9 novembre, en matière de contrôle d’identité. C’est la première fois que la plus haute juridiction était amenée à se prononcer sur ce sujet, sur la base de recours contre l’Etat portés par treize personnes – d’origine africaine ou nord-africaine – qui estimaient avoir fait l’objet de contrôles « au faciès ».

Mercredi, la Cour a définitivement condamné l’Etat dans trois cas – en l’occurrence des contrôles d’identité ayant eu lieu dans le quartier commercial de la Défense, en décembre 2011. Elle a considéré qu’« un contrôle d’identité fondé sur des caractéristiques physiques associées à une origine réelle ou supposée, sans aucune justification objective préalable, est discriminatoire : il s’agit d’une faute lourde ».


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/11/09/controles-au-facies-la-cour-de-cassation-condamne-l-etat_5028213_1653578.html#G2ZTdfaP2CUJwzUD.99

 
Repost 0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 09:26

Repost 0

Présentation

  • : Vérité et Justice pour Ali Ziri
  •  Vérité et Justice pour Ali Ziri
  • : Halte aux violences policières excessives et disproportionnées! Les droits humains ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel de la sécurité.
  • Contact

Profil

Recherche

Catégories

Liens