Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 16:16

L’association "Vérité et Justice pour Abou Bakari Tandia" remercie le collectif "Vérité et Justice pour Ali Ziri" de son invitation.

Souaibou Doucouré, président et oncle d’Abou Bakari Tandia, et Joelle Paris, secrétaire de l’association, vous prient d’accepter leurs excuses de n’avoir pu se déplacer ce soir.

Au fil des ans, nos associations et collectifs Vérité et Justice se sont crées, chaque année de nouveaux hélas, se sont côtoyés, rassemblés parfois en actions unitaires, et comme le disait le collectif Ali Ziri à l’annonce de la cour d’appel, la victoire des uns est partagée par tous les autres.

Abou Bakari Tandia, jeune homme malien, vivait et travaillait depuis 13 ans en France lorsqu’il est entré en garde à vue au commissariat de police de Courbevoie le 5 décembre 2004, suite à un contrôle d’identité à quelques pas du foyer des travailleurs africains de la rue des Fauvelles à Courbevoie. Abou Bakari n’était pas en règle. Il avait essayé à plusieurs reprises de constituer un dossier de régularisation mais s’était découragé devant la muraille administrative française, lui qui avait pourtant bravé le désert et la méditerranée pour arriver jusqu’à Paris.

Quelques heures plus tard il tombait dans le coma et mourrait le 24 janvier 2005 sans avoir repris connaissance.

L’association commémorera bientôt les 10 ans de la disparition d’Abou Bakari Tandia.

La justice française s’est avérée impuissante à établir faits et responsabilités.

4 juges d’instruction se sont succédé au long d’une procédure d’une durée exceptionnelle, les policiers ont été cités en témoins assistés, une reconstitution détaillée a été organisée au commissariat de Courbevoie, les rapports des experts reconnus de l’institut médico légal de Paris ont été accablants.

La presse, à l’initiative de Valérie Mahaut du Parisien, les médias ont rendu compte très régulièrement de l’immobilisme et des avancées de l’enquête. Des associations et collectifs amis ont veillé à maintenir la solidarité.

Un jeune avocat brillant, Maitre Yassine Bouzrou, ainsi que Maitre Julie Granier, ont fait leur l’affaire Abou Bakari Tandia.

Amnesty International a retenu l’affaire Abou Bakari Tandia ainsi qu’une dizaine d’autres comme emblématique pour son rapport sur les violences policières impunies en France.

La famille, les voisins de quartier, les sympathisants ont résisté à l’usure de ces années de procédure.

Pourtant un non lieu a été ordonné en septembre 2012, un non lieu parmi tant d’autres dans des affaires similaires de violences policières à l’encontre de personnes qui sont le plus souvent des hommes d’origine africaine.

La famille a fait appel, mais le non lieu a été confirmé par la cour d’appel de Versailles le 12 mars 2013. Et la Cour de Cassation a déclaré en novembre 2013 le pourvoi de la famille non admis.

C’est donc terminé, il n'y aura jamais de procès, les policiers ne témoigneront pas et la famille ne pourra sans doute jamais connaître les circonstances exactes de l'altercation dans les couloirs du commissariat et ce qui a provoqué le coma et la mort de Abou Bakari Tandia.

Le dernier recours est symbolique mais nous sommes tous décidé à ne pas lâcher.

C’est pourquoi une requête a été présentée à la Cour Européenne des droits de l’homme le 25 mars 2014, contre l’Etat français.

Nous vous tiendrons au courant

Merci

"C’est donc terminé, il n'y aura jamais de procès..."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Vérité et Justice pour Ali Ziri
  •  Vérité et Justice pour Ali Ziri
  • : Halte aux violences policières excessives et disproportionnées! Les droits humains ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel de la sécurité.
  • Contact

Profil

Recherche

Catégories

Liens